• LOGIN
  • Votre panier est vide.

Viande et spiritualité : quel lien ?

Les raisons qui peuvent nous motiver à arrêter de consommer des matières carnées sont nombreuses et les fausses croyances alimentaires qui nous font continuer à en manger aussi. Nous l’avons d’ailleurs constaté dans le dernier article, il est assez facile de remplacer les protéines animales tout en gardant une alimentation équilibrée. Mais comme pour tout le reste, c’est avant tout un choix personnel motivé par votre vie spirituelle et physique. En effet, pour être parfaitement en correspondance avec votre spiritualité, vous devez essayer de réduire votre consommation de viande et ainsi trouver ce qui vous correspond le mieux.

Manger trop de viande et/ou de poisson n’est pas recommandé pour la santé en général. Si vous pensez ne pas pouvoir vous en passer, je vous invite à être vigilant sur sa qualité et son origine. Je fais peut-être ma propagande concernant les producteurs locaux mais ce sera toujours meilleur pour vous de favoriser une viande en provenance d’un éleveur qui prend en considération le bien-être animal dans son exploitation.

D’un point de vue strictement spirituel, chaque cellule d’un corps animal contient l’âme de cet être dans son intégralité. Donc lorsque vous mangez de la viande, vous ingérez aussi son âme et toute sa mémoire. Il faut avoir à l’esprit dans quelles conditions sont élevés et tués les animaux destinés à la consommation. Stress, souffrance, peur… Les quantités et la fréquence à laquelle vous mangez de la viande ont aussi leurs importances. J’ai une forte tendance à penser que lors de la digestion, nous abaissons notre taux vibratoire donc plus nous mangeons plus nous avons des difficultés à nous élever. La viande a tendance à amplifier ce phénomène ainsi tous les sentiments négatifs dont vous vous êtes nourris, par l’intermédiaire de votre steak, attirent les entités du bas astral. Il ne s’agit pas que de la viande rouge mais aussi la volaille, le poisson, les crustacés et tous les produits cuisinés à base de matières qui ont contenu du sang. Les produits laitiers et les œufs non fécondés ne rentrent pas en compte.

Dans les pratiques magiques, les seules interdictions réelles interviendront lors de certains types de rituels. En effet, l‘évocation de certaines entités nécessitent obligatoirement de ne pas manger de viande car à ce moment-là, elles peuvent soit confondre le commanditaire avec la cible ou alors ne pas reconnaître la cible car l’empreinte spirituelle est modifiée. Ceci est dû à la présence des âmes des animaux dont vous vous êtes nourris, elles interagissent avec votre propre champ énergétique. C’est alors l’échec complet du rituel, d’où l’importance d’écouter les consignes qui peuvent vous être donné.

Dans la pratique chamanique et ainsi que dans certaines traditions druidiques, seule exception à ma connaissance mis à part dans des tribus autochtones isolées au fin fond du monde, les motivations et le mode opératoire qui peut-être qualifié de rituel, font qu’il y a un accord spirituel, si l’on peut dire, entre l’animal et le chasseur. Lorsque la viande de cet animal est consommée, les effets de son âme sur le corps de la personne sont alors amoindris.

En dehors de la simple consommation à vocation nutritive, on retrouve assez souvent l’utilisation d’animaux dans certaines pratiques magiques. Pour diverses raisons imposées par les entités évoquées, elles réclament la donation d’une âme. Le pratiquant sacrifie alors une bête afin de récupérer son sang puisqu’il est vecteur de son âme.

N’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires en dessous de cet article et à nous retrouver sur Facebook ou Twitter.

0 reponse sur "Viande et spiritualité : quel lien ?"

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à la Magie est en Vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article.

-La Magie est en Vous-Tous Droits Réservés 2018-